Insights

Fredericton Region Workforce Strategy aiming to bridge the chronic gap between Employers and Job-Seekers

May 25, 2022

There is a seeming contradiction in our local labour market: while employers struggle to source the talent to fill open roles, too many job-seekers have difficulty finding work.  

An innovative new regional strategy aims to ensure workers have the skills and opportunities they need, employers have the skilled workers they require, and our region’s workforce ecosystem supports both with more clarity and collaboration.  

The Fredericton Region Workforce Development Strategy, released this week, offers a strategic framework for the next five years. More than a strategy, it includes an action plan that converts the research and recommendations into practical tools to help connect the right talent with the right skills at the right time for the right role.  

It sounds simple enough. But in an increasingly technical, global jobs market driven by the pandemic’s shifts to remote work and increasing automation, it's a challenge that’s exacerbated by a growing shortage of workers in the Fredericton region. Workforce constraints limit growth, drive wages and put pressure on the existing workforce.  

In 2021, the unemployment rate in Greater Fredericton was 6.2%, the lowest among Atlantic Canadian cities, according to ‘An economic and demographic review of the Fredericton region,’ a recent report by economist David Campbell. The Fredericton-Oromocto region has seen a 155% increase in job vacancies since 2016.  

There’s been a jump in manufacturing and professional services firms. Fredericton has the province's largest engineering services, R&D, and IT clusters. Adjusted for size, Fredericton has the largest cluster of IT firms of any city in Atlantic Canada.  

To support the growth of the regional workforce, Fredericton must have workers equipped to fill existing and projected job openings.  

In 2020, the Central Region Employment and Workforce (CREW), comprised of representatives from WorkingNB, Ignite Fredericton Region, the Fredericton Chamber of Commerce, Opportunities New Brunswick (ONB), the Atlantic Canada Opportunities Agency (ACOA), and the Community Business Development Corporation (CBDC) Southwest, initiated the strategy to tackle this challenge.

One of the most significant learning from the strategy research is that job-seekers and employers often feel overwhelmed by the range of support available. One of our greatest strengths–the breadth and depth of our rich workforce ecosystem– also creates challenges.  

The new strategy cuts through the confusion, offering a clear path forward for those looking for work and hiring. The job-seeker toolkit has practical resources to navigate the ecosystem. Services are defined and streamlined in an asset map showing support at various stages in the job hunt. If someone needs help writing a cover letter or preparing for interviews, they know where to turn for help.  

Employers have a similar toolkit to help them through the recruitment process, from developing a hiring strategy and defining a position to interviewing and testing candidates, making an offer, and more.  

Along with aligning skills with current and future labour market needs, the strategy promotes a more inclusive and diverse labour market. The strategy working group invited a number of organizations that support minorities, newcomers and other equity-deserving groups to share their input in its development and be listed as resources, where appropriate, in the toolkits.  

A panel discussion on Friday, April 1, at 10:30 am, as part of the strategy launch will explore the on-the-ground realities of our labour market. Moderated by Lisa Hrabluk, founder of Wicked Ideas, the session will feature four diverse speakers talking about the challenges and how they see the strategy helping. They include Stanley Barnaby, acting CEO of the Joint Economic Development Initiative (JEDI), which fosters Indigenous economic and workforce development, and Sarah Price, executive director of WorkingNB at the Department of Post-Secondary Education, Training and Labour .  

Oksana Tesla, special project lead at Terris, a local tech firm, will share her story of finding work as an immigrant. When she arrived in Fredericton from Ukraine in 2017, “the first challenge I faced was to find a job,” she says.  After struggling to connect her education and experience (including two degrees) with good-fit opportunities and analyzing the local jobs market, she enrolled in the information technology business analyst program at the New Brunswick Community College.  

“Thanks to that program, I was able to connect with employers,” Oksana says. “After that, everything changed. I got access to the network.”

While Oksana’s experience speaks of the need for connection and alignment between job-seekers and employers, Kathyrn Cameron, COO at Beauceron Security, a growing cybersecurity firm, will bring the perspective from inside a growing firm.  

“For us as a scaling small business, we don't have the full capacity to try and navigate all of the different supports,” she says. She says Beauceron Security is at an exciting inflection point, having just hired its first full-time, dedicated HR staff member.  

“It makes a world of difference,” Kathryn says, having that specialized skill set.  “When you think about how many small businesses there are across New Brunswick, there's a lot of support for them in that journey and that recruitment.”  

The panel discussion will be recorded and shared on Ignite Fredericton’s YouTube channel following the event. To receive a copy of the strategy, reach out to workforce@ignitefredericton.com.  

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Une stratégie de perfectionnement de la main-d’œuvre dans la région de Fredericton cherche à combler l’écart chronique entre les employeurs et les chercheurs d’emploi

Il semble y avoir une situation contradictoire sur notre marché local du travail : pendant que les employeurs peinent à trouver le talent nécessaire pour pourvoir les postes vacants, bien des chercheurs d'emploi ont, quant à eux, du mal à décrocher un emploi.

Une nouvelle stratégie régionale novatrice a pour but d’offrir aux travailleurs les compétences et les occasions dont ils ont besoin, aux employeurs les travailleurs qualifiés qu’ils recherchent, et à l’écosystème de travail de notre région une nouvelle clarté et un nouvel esprit de collaboration.

La Stratégie de perfectionnement de la main-d’œuvre de la région de Fredericton, publiée cette semaine, propose un cadre stratégique pour les cinq prochaines années. Bien plus qu’une simple stratégie, elle comporte un plan d’action qui transforme les recherches et les recommandations en outils pratiques pour aider à associer la personne recherchée aux compétences voulues au moment opportun et pour le rôle à pourvoir.

Rien de plus simple, dirons certains mais, sur un marché de travail mondial qui s’appuie de plus en plus sur des compétences techniques et qui est largement axé sur le virage vers le télétravail et l’automatisation accrue déclenchée par la pandémie, c’est un objectif difficile, qui est exacerbé par une pénurie croissante de travailleurs dans la région de Fredericton. Une main‑d’œuvre limitée freine la croissance, fait grimper les salaires et impose un fardeau sur les travailleurs actuels.

En 2021, le taux de chômage dans la région du Grand Fredericton était de 6,2 %, le plus bas de toutes les villes du Canada atlantique, selon une analyse récente de l’économie et de la population de la région de Fredericton menée par l’économiste David Campbell. La région de Fredericton-Oromocto a connu une hausse de 155 % au chapitre des postes vacants depuis 2016.

Il y a eu un bond pour ce qui est du nombre d’entreprises de fabrication et de services professionnels. Fredericton compte la plus importante grappe de la province dans le domaine des services techniques, de la R-D et des TI. Si l’on tient compte de la taille de la ville, Fredericton accueille la plus grande grappe d’entreprises de TI de toutes les villes du Canada atlantique.

Pour répondre à la montée des entreprises de la région, Fredericton doit pouvoir offrir des travailleurs ayant les compétences requises pour pourvoir aux postes vacants actuels et prévus.

En 2020, le comité de l’emploi et de la main-d’œuvre de la région du centre (CREW), composé de représentants de Travail NB, d’Ignite Fredericton, de la Fredericton Chamber of Commerce, d’Opportunités Nouveau-Brunswick (ONB), de l’Agence de promotion économique du Canada atlantique (APECA) et de la Corporation au bénéfice du développement communautaire (CBDC) du Sud-Ouest, a créé la stratégie dans une volonté de s’attaquer à la problématique.

L’une des plus grandes leçons tirées des recherches menées dans le cadre de la stratégie, c’est que les chercheurs d’emploi et les employeurs sont souvent dépassés par toute la gamme des services d’aide qui sont offerts. L’ampleur et la grande diversité de notre riche écosystème de travail, deux de ses plus grandes forces, sont par ailleurs source de difficultés.

La nouvelle stratégie élimine la confusion et propose un cheminement clair pour ceux qui cherchent un emploi comme pour ceux qui recrutent. La trousse d’outils du chercheur d’emploi compte des ressources pratiques pour s’y retrouver dans l’écosystème. Les services y sont définis et rationalisés sur une carte des actifs, signalant les services de soutien à différents stades de la recherche d’emploi. Le chercheur d’emploi qui veut rédiger une lettre d’accompagnement ou se préparer à une entrevue y apprendra vers où se tourner pour obtenir de l’aide.

Les employeurs ont, eux aussi, une trousse d’outils pour les aider pendant le processus de recrutement, qu’il s’agisse d’élaborer une stratégie d’embauche, de définir un poste, d’interviewer des candidats et de leur faire passer des tests, et de présenter une offre d’emploi ou toute une foule d’étapes connexes.

En plus d’harmoniser les compétences avec les besoins actuels et futurs du marché du travail, la stratégie promeut l’inclusion et la diversité des travailleurs. Le groupe de travail d’élaboration de la stratégie a invité divers organismes d’aide aux minorités, aux nouveaux arrivants et à d’autres groupes en quête d’équité à faire part de leurs commentaires au stade de la création de la stratégie et à être cités comme ressources dans les trousses d’outils lorsque la situation s’y prêtait.

Une discussion d’un groupe d’experts, qui aura lieu le vendredi 1er avril à 10 h 30 dans le cadre du lancement de la stratégie, examinera la réalité concrète de notre marché du travail. Modérée par Lisa Hrabluk, fondatrice de Wicked Ideas, la séance accueillera quatre conférenciers aux antécédents divers qui discuteront des difficultés et décriront ce qu’ils voient comme les avantages de la stratégie. Le groupe comptera entre autres Stanley Barnaby, PDG par intérim de l’Initiative conjointe de développement économique (ICDE), qui favorise le développement de l’économie et du marché du travail des peuples autochtones, et Sarah Price, directrice générale de Travail NB au ministère de l’Éducation postsecondaire, de la Formation et du Travail .

Oksana Tesla, chargée de projets spéciaux à Terris, une firme de technologie locale, racontera son expérience lorsqu’elle cherchait un emploi en tant qu’immigrante. Arrivée à Fredericton de l’Ukraine en 2017, « la première difficulté, c’était de trouver un emploi », explique-t-elle. Après avoir eu de la difficulté à trouver des possibilités qui cadraient bien avec ses études et son expérience (y compris deux grades universitaires) et analysé le marché du travail de la région, elle s’est inscrite au programme d’analyste commercial en technologies de l’information au New Brunswick Community College.

« Grâce à ce programme, j’ai pu tisser des liens avec des employeurs, explique-t-elle. C’est à ce moment que tout a changé, car j’ai pu accéder au réseau. »

L’expérience d’Oksana laisse certes entrevoir la nécessité d’une connexion et d’une harmonisation entre les chercheurs d’emploi et les employeurs, mais c’est Kathyrn Cameron, directrice de l’exploitation à Beauceron Security, une firme de cybersécurité en pleine expansion, qui présentera le point de vue d’une entreprise florissante.

« Nous sommes une petite entreprise qui prend de l’ampleur et nous n’avons pas la capacité nécessaire pour essayer de démêler tous les différents services d’aide qui existent », précise-t-elle. Elle ajoute que Beauceron Security est à un point déterminant fort intéressant, venant tout juste d’embaucher son premier agent des ressources humaines à temps plein.

Cet ensemble de compétences spécialisées « change vraiment les choses », conclut Kathryn.

« Pensez à toutes les petites entreprises qui mènent leurs activités partout au Nouveau-Brunswick, ces PME bénéficient d’un énorme soutien pour leurs activités et pour le recrutement. »

La discussion des experts sera enregistrée et diffusée sur le canal YouTube d’Ignite Fredericton à l’issue de l’activité. Pour recevoir une copie de la stratégie, envoyez un courriel à workforce@ignitefredericton.com.